Dans ses gestes


dans ses gestes

Peut-on croire les promesses d’un homme au regard fuyant ? Et que dire à  ce joli cœur,  qui murmure des mots tendres, ses lunettes de soleil perchées  sur le sommet du crâne? Chacune de nos attitudes trahit une pensée, avouable ou pas. Découvrez  le langage secret des gestes, pour décrypter les intentions dissimulées  derrière les mots. Vous saurez ainsi distinguer d’un coup d’œil l’amoureux sincère du séducteur professionnel, repérer le simulateur et confondre l’infidèle.

« Paroles, paroles… caramels, bonbons et chocolats… », vous connaissez la chanson ? Depuis qu’Adam rencontra Eve, les mots sont les messagers de l’amour. Légers, ils se posent sur nos lèvres, charment notre esprit et conquièrent notre cœur. Et souvent, ils disent vrai. Mais pas toujours… Que de mensonges parfois, de promesses non tenues, de serments sitôt prononcés, sitôt oubliés. « Ah, si j’avais su »… « J’aurais dû m’en douter »… Voilà des regrets que vous n’exprimerez plus lorsque vous aurez appris à interpréter le code secret des gestes de la séduction. « Je veux vivre avec toi », dit-il, les yeux baissés - Comment savoir si c’est vrai ? « Je n’ai jamais aimé que toi » affirme-t-il - mais pourquoi joue-t-il avec son annulaire gauche ?  C’est précisément pour répondre à ces questions que le psychologue Joseph Messinger, spécialiste de la symbolique gestuelle, a mené un travail d’enquête approfondie. En se basant sur les conclusions d’une investigation sociologique, il a constitué la matière d’un livre sérieux et divertissant, « Ces gestes qui vous séduisent » (Editions First), où nous avons puisé ces précieux enseignements.

L’homme qui désire s’engager avec vous.
Attitude :  Il parle, parle, parle, comme s’il voulait plaider sa cause. Un vrai moulin à paroles, et quel débit ! Tout y passe, sa situation, son avenir et le vôtre, sa famille, ses amis, son appartement, ses vacances, le gouvernement, la météo. Il guette discrètement votre approbation sans vous laisser placer un mot, de peur que vous ne protestiez. Plutôt emprunté, il se tient à distance, ne fait aucun effort pour se rapprocher, porté par son sujet, habité par ce qu’il dit. On dirait qu’il débite un laïus commercial, pourtant c’est bien une déclaration d’amour.
A surveiller : Ses yeux. Ils évitent les vôtres. Au lieu de plonger en vous, il vous dévisage avec dévotion, comme s’il vous voyait pour la première fois, glisse sur vos pommettes, vos mains, vos cuisses, vous « couve» littéralement, sans fixer le regard sur un  point.
Le détail révélateur : Ses pupilles se dilatent sous l’effet de l’émotion. Un homme qui parle d’amour avec des pupilles rétractées, n’éprouve rien et ne pense pas ce qu’il dit. C’est un simulateur. Au contraire, celui dont les pupilles se dilatent trahit son émotion.

Commentaire : Il manque d’humour, se prend et prend tout (trop) au sérieux. Son bavardage vous endort ?  Tant mieux, c’est la preuve qu’il est sincère, car sa maladresse plaide pour lui. Mettez-le à l’aise en  souriant, en plaisantant. Posez-lui des questions, ayez l’air captivée. En revanche, évitez de prendre des notes.
 
L’aventurier qui ne pense qu’à vous séduire.
Attitude :  Il dit n’importe quoi pour vous amuser, ou simplement capter votre attention. Tout en parlant, il s’approche et s’efforce de vous toucher. Vous cherchez une voiture ? Son meilleur ami tient un garage, vous fera des prix. En attendant, il vous pétrit le poignet. Un appartement ? Il a une occasion formidable à vous proposer. Il vous caresse l’épaule. Un emploi ? Il connaît quelqu’un dans le secteur qui vous intéresse. « C’est mon jour de chance », pensez-vous. Il tâche également de vous en persuader : maintenant il essaie de vous prendre la main.
A surveiller :  Ses gestes très captateurs. Il se penche en avant, place les avant-bras sur la table, vous donne l’accolade. Le séducteur pressé est un grand « toucheur ». Il prend et lâche rapidement la main, le poignet, le bras, en guettant le moment propice où il pourra les garder.
Les détails révélateurs : Il tient ses lunettes de soleil perchées sur le sommet du crâne, en couronne : signe de coquetterie. Redresse le col de sa chemise, à la manière des seigneurs du 18ème siècle : indice d’orgueil. Il se regarde dans la glace, s’observe dans les vitrines : c’est un Narcisse, préoccupé par lui-même, non par vous.

Commentaire : Subrepticement, l’aventurier s’emploie à gagner du terrain, à pénétrer votre espace intime avant de l’envahir complètement. Ce qui le trahit ? Son besoin irrépressible de vous toucher, de vous « marquer ». Plus il agit ainsi, plus il révèle ses intentions sexuelles et sa hâte de conclure, de passer à l’acte. Il n’y a aucune sincérité dans ses affirmations, il est juste pressé d’arriver à ses fins.


Le cachottier (celui-là ne vous dit pas tout).  
Attitude :  Il ne vous regarde pas, détourne les yeux et porte son attention ailleurs, au loin, sitôt que vous lui posez une question embarrassante. Votre curiosité l’importune ? Il l’ignore, zappe, change de sujet de conversation - ou de pièce. Il ne vous affronte jamais directement.
A surveiller : Son regard fuyant, bien sûr, et son attitude vague, vague, dès que vous abordez de front les sujets qui fâchent (exemple : les autres femmes). Sa bouche, aussi : attention s’il parle la bouche de travers ! Une bouche déviée révèle une pratique habituelle du mensonge et de la dissimulation.
Le détail révélateur : La rigidité de sa lèvre supérieure. Cette moitié de la bouche est le siège du mensonge. Un homme qui parle en ne remuant que la lèvre inférieure vous cache ainsi la moitié de la vérité.
Commentaire :  Le vrai dissimulateur procède par évitement. Ce qu’il ne vous avoue pas, il y a de grandes chances qu’il ne se l’avoue pas non plus. N’essayez pas de le coincer, vous perdriez votre temps. Sa technique : le déni et l’usure. Mais à force de détourner votre attention des questions qui l’embarrassent, en soufflant ses réponses la bouche en coin, il finira par attraper le faciès des menteurs. La lèvre supérieure pétrifiée, la bouche de travers, vous en diront davantage sur ses mensonges, que des aveux obtenus sous la torture!


L’infidèle (celui-ci vous trompe)
Attitude :  Il rentre tard, très fatigué, s’endort sans raisons, invente des réunions imprévues, part pour des rendez-vous mystérieux, présente des « trous » inexplicables dans son emploi du temps. Il se contredit tout le temps, finit par raconter n’importe quoi. L’air absent, il s’exprime  par monosyllabes ou se lance dans des explications oiseuses. Avec une constante : il n’a rien à se reprocher et  vous aime comme au premier jour. Sous-entendu : la coupable, c’est vous !
A surveiller : Ses élans de générosité soudaine. Pour se racheter, l’infidèle fait des cadeaux somptueux, vous comble de fleurs, vous invite au restaurant. Ou l’inverse : le voilà subitement économe. Et pour cause : il se réserve. Autre indice : ses confidences. Se croyant au-dessus de tout soupçon, il prend des risques, s’autorise des confessions audacieuses, évoque sa maîtresse, sans la présenter comme telle, mais en vantant ses qualités. « Tu sais, elle ne me plaît pas du tout », ajoute-t-il, ce que vous auriez tort de prendre pour argent comptant. Il sollicite votre avis « de femme », et vos analyses psychologiques, tout en se défendant d’être amoureux.
Les détail révélateurs  : Il parle constamment d’«elle», interroge ceux qui l’ont connue, etc. S’il frotte son annulaire gauche –siège de l’affectivité – chaque fois qu’il s’adresse à vous, vous pouvez en conclure qu’il éprouve comme une envie de zapper votre relation.
 
Commentaire : Plus facile à confondre que le dissimulateur, l’infidèle laisse derrière lui un faisceau de preuves intangibles. En dehors du parfum capiteux qui n’est pas le vôtre, ou des cheveux oubliés sur le revers de son veston, l’infidèle promène un air distrait. Absorbé. Heureux ou au contraire, préoccupé, selon que sa liaison suit un cours harmonieux ou tourmenté, il se repère de loin. Votre sixième sens vous signale un danger ? Remontez la filière, en laissant parler vos phéromones…


Cet homme vous désire… (il vous veut) !
Attitude :   A la seconde où vous entrez dans son champ de vision, il arbore un air triomphant, ses récepteurs, yeux et bouche, s’ouvrent et se dilatent, il passe et repasse sa langue sur ses lèvres, roule des pupilles avec appétit. En face de vous, il se détend, rit à gorge déployée, exhibe un sourire carnassier et des dents de requin. Mais sa bonne humeur est versatile, il se rembrunit facilement, et peut se montrer aussi ombrageux qu’il semblait souriant dix secondes auparavant. Surtout si un autre mâle dominant apparaît dans le paysage. Il roule des mécaniques et fronce alors les sourcils, prêt à la bousculade pour défendre sa « proie », c’est-à-dire vous.
A surveiller : Le regard lubrique du loup de Tex Avery, les pupilles dilatées braquées sur votre décolleté ou sur votre mini-robe, l’air extasié lorsque vous lui adressez la parole.
Le détail révélateur : Il ne peut s’empêcher de tirer la langue !
Commentaire : D’après Joseph Messinger, tout homme est un macho en puissance… Donc, même si vous ne reconnaissez pas votre séducteur favori dans cette caricature, il y a toutes les chances pour que lui s’y reconnaisse – en tout ou en partie. Bien sûr, chez l’homme des villes, l’instinct violent s’est apparemment estompé : mais gare à qui s’y laisse prendre, car la bête ne dort jamais que d’un œil !


Le pervers qui cherche à renverser les rôles.
Attitude : Il commence par vous séduire, vous enjôler, mais se détourne dès que vous mordez à l’hameçon. Au début il vous écrit, vous envoie des fleurs, vous fait la cour. L’appelez-vous au téléphone? Il s’excuse, annule vos rendez-vous, disparaît. Puis réapparaît, pour un nouveau tour de manège, au bout de quelques jours. Cherche-t-il seulement à renverser les rôles ? Oui et non.
A surveiller : Il commence toutes ses phrases par « Oui » mais comme ses arguments sont pleins de contradictions, il finit par dire le contraire de ce que vous affirmez.
Le détail révélateur : Lorsque vous lui parlez, observez-le : il dit « oui » avec la bouche et « non » avec la tête.
Commentaire : Toute son attitude semble mettre en pratique la formule :  « Suis-moi, je te fuis : fuis-moi, je te suis ». Autrement dit, il fait toujours le contraire de ce que vous prévoyez.  
Son problème : c’est un « abandonnique », un homme qui redoute d’être rejeté et s’arrange pour partir le premier. Dans son enfance, il a expérimenté le rejet, l’abandon et la solitude. Conséquence : à l’âge adulte, il s’emploie à les semer autour de lui. Il distille la frustration, l’incertitude et l’inconfort, parce que ce sont les seuls sentiments qu’il connaît… Avis aux amateurs.

Derniers Articles


Le tarot érotique est de retour!
Le tarot érotique est de retour sur Cafe Astral!...


Intuition : affûtez vos antennes !
Rien de plus démocratique que l’intuition. Tout le monde en est pourvu – hommes et femmes, adultes et enfants, sans...


L’AFTER-EX : COMMENT CHANGER DE PARTENAIRE EN SOUPLESSE
Au changement de saison, certains amoureux, comme des feuilles d’arbres, perdent leurs belles couleurs. Ils se détachent, et tombent en...


Dans ses gestes
Peut-on croire les promesses d’un homme au regard fuyant ? Et que dire à ce joli cœur, qui...


DECOUVREZ LE CAFE ASTRAL CET ETE !
L’été, c’est le moment des découvertes. Profitez de ces instants de liberté pour partir à la découverte de vous-même ...


Horoscopes du jour