François-Marie Banier : son procès sous une bonne étoile ?


François-Marie Banier : son procès sous une bonne étoile ?
François-Marie Banier : son procès sous une bonne étoile ?

On a tout dit de lui : dandy, artiste, mondain, provocant – gigolo, profiteur, manipulateur, escroc… Corinne, la mère de Vanessa Paradis, assure qu’il est « très gentil avec les enfants ». Sa protectrice, Liliane Bettencourt, louait son esprit et son érudition – sa fille, en revanche, n’a vu en lui qu’un prévaricateur et un détrousseur de vieilles dames. Il est jugé jusqu’au 26 février 2015 au tribunal correctionnel de Bordeaux, pour abus de faiblesse, et encourt cinq ans de prison. Il a déjà affirmé à la barre que le « bagne constituerait pour lui une nouvelle expérience » et qu’il y serait « prêt » - ce qui lui a valu cette mise au point : « La relégation à Cayenne n’existe plus ».

Banier, photographe, écrivain, a un thème classique de grand jouisseur flamboyant, avec trois signes en vedette, le Cancer, le Lion et la Balance, et deux planètes dominantes, la Lune et Mars. S’il emprunte son panache aux signes d’été, il partage avec la Balance un sens esthétique très exigeant – qui lui fait préférer le noir et blanc pour ses photos. Eclectique, raffiné, il a su conquérir le cœur de personnalités célèbres pour leur art de vivre : non seulement Pierre Cardin, Yves Saint Laurent, mais aussi la décoratrice Madeleine Castaing et la créatrice américaine Diane de Furstenberg.

Dans son thème, les excès du Cancer – volontiers autoritaire, capricieux, rageur comme un nourrisson – ou une diva, s’opposent à l’équilibre de la Balance. S’il paraît aujourd’hui dans un tribunal, après d’autres procès, déclenchés ou subis, gagnés ou perdus, pour le même genre de motifs, ou pour diffamation, c’est que le Cancer, son signe natal, a prévalu sur la Balance. A mettre au compte de son signe natal,  les témoignages défavorables de sa gouvernante Ilda, qui le décrit comme un patron fantasque, capable de la traiter « comme un chien » ou de l’appeler «ma chérie », ou de Thomas, son majordome, prêt à le trahir et qui a fui son « emprise psychologique » après être tombé amoureux de lui !...

On reconnaît  bien là le Cancer, son caractère casanier, sa propension à nouer de petits drames domestiques, à s’amuser des sentiments et à attiser les rancœurs. C’est au Cancer et au Lion, ces deux signes d’été très concernés par l’image et la représentation, qu’il faut revenir pour comprendre les goûts de luxe effrénés du photographe, son besoin insatiable d’apparat et de grandeur – et son train de vie fastueux : deux ryads à Marrakech, un hôtel particulier à Saint-Germain-des-Près, une propriété dans le Gers, etc. Son thème comporte un indice éclairant : le Nœud Lunaire Nord en 2ème Maison. Cette position confirme ce que l’on savait déjà, à l’énoncé des sommes colossales en jeu :  la fortune matérielle représente une priorité absolue dans son destin, ses choix de vie, ses objectifs.

Si l’on croit au karma, on peut affirmer que  Banier s’est réincarné pour connaître la fortune et l’expérimenter. « Je suis très, très, très riche » aimait-il à répéter, en privé, à ses invités. Ce n’est pas interdit – mais assez étonnant, dans son cas, pour provoquer l’ire de la famille et attirer l’attention de la justice. A n’en pas douter, Banier aurait pu éviter cela : il a péché par excès. Grisé par sa bonne fortune, confiant en son étoile, il s’est cru tout permis au point d’en oublier la plus élémentaire retenue. On a dit qu’il souhaitait se faire adopter : en tout cas, il s’est comporté en fils prodigue. Cette affaire évoque « Les Enfants terribles », la pièce incestueuse de Cocteau (Cancer aussi). Notons au passage, encore une fois le rôle, accablant pour Banier, des gens de maison –l’entourage de Liliane Bettencourt, dans cette affaire. Ce sont eux qui ont alerté sa fille Françoise, eux encore qui ont enregistré des conversations compromettantes, et les ont livrées à la police.


Dans ce mélange des genres, entre comédie mondaine et drame de succession aux accents mythologiques, précédons la justice et examinons ce que réserve le ciel au photographe. Observons que Jupiter et Saturne lui sont favorables, ce qui devrait lui épargner une peine trop sévère – pas le « bagne », en tout cas ! La sanction, si elle tombe, ne le ruinera pas, car il a par avance restitué une partie des fonds reçus – et Jupiter le protège. Il lui en restera assez -une centaine de millions, dit-on – pour le maintenir à l’abri du besoin quelque temps. Le jugement, si l’on en croit les étoiles, sera sévère dans ses attendus, mais léger dans ses sanctions. Un ou deux ans, avec sursis, et une amende supportable – quelques travaux d’intérêt général, voilà tout. La punition, bien sûr, c’est le procès lui-même, sa réputation mise à mal, sa vie et ses misères étalées au grand jour, son honneur bafoué.

Sa légende sera-t-elle écornée  à la fin? Pas du tout. Il tirera un bénéfice de notoriété considérable de l’épreuve, qui lui permettra de publier des mémoires très attendus, et de les vendre à travers le monde. Ce qui lui rapportera gros – et sans contestations possibles, cette fois ! Car c’est ainsi, malgré tempêtes et cabales, querelles et procès, François-Marie Banier est né sous une bonne étoile.

Photographies: Michaël Delmar

Derniers Articles


Le tarot érotique est de retour!
Le tarot érotique est de retour sur Cafe Astral!...


Intuition : affûtez vos antennes !
Rien de plus démocratique que l’intuition. Tout le monde en est pourvu – hommes et femmes, adultes et enfants, sans...


L’AFTER-EX : COMMENT CHANGER DE PARTENAIRE EN SOUPLESSE
Au changement de saison, certains amoureux, comme des feuilles d’arbres, perdent leurs belles couleurs. Ils se détachent, et tombent en...


Dans ses gestes
Peut-on croire les promesses d’un homme au regard fuyant ? Et que dire à ce joli cœur, qui...


DECOUVREZ LE CAFE ASTRAL CET ETE !
L’été, c’est le moment des découvertes. Profitez de ces instants de liberté pour partir à la découverte de vous-même ...


Horoscopes du jour