Intuition : affûtez vos antennes !


intuition
femme tenant une boule magique

Rien de plus démocratique que l’intuition. Tout le monde en est pourvu – hommes et femmes, adultes et enfants, sans oublier les animaux. Seule son intensité varie selon l’activité, le genre de vie et les humeurs de chacun. On dit souvent que le sixième sens est plus développé chez les femmes, mais rares sont celles qui savent vraiment en tirer parti. Reconnaître son intuition, la laisser s’exprimer et l’écouter : ce processus requiert un minimum d’entraînement. Une chose est sûre, le jeu en vaut la chandelle. Pour le célèbre médecin et philosophe indien Deepak Chopra, conseiller spirituel de stars comme Madonna, Cher ou John Travolta : « Une bonne intuition peut vous faire gagner dix ans». Et selon Bill Clinton : « Travailler ne suffit pas, il faut des idées et de l’intuition». On peut développer ses dispositions naturelles, comme un musicien exerce son oreille, pour en faire un instrument de précision ultra-perfectionnée. C’est le cas des voyant(e)s et extra-lucides, habitué(e)s à se connecter sur cette forme d’intelligence immédiate pour établir un pronostic. Mais les médiums ne sont pas les seuls à solliciter l’intuition dans le

ur pratique professionnelle. Le flair d’une femme d’affaires, le sens tactique d’un politique, le succès d’un producteur, d’une artiste ou d’une créatrice de mode, doivent beaucoup à leur sixième sens. « Dès que j’ai entendu les premières mesures, j’ai su qu’on tenait un hit » déclare Gloria Gaynor à propos de son tube planétaire « I will survive » (1979). Cette chanson, vendue à des millions d’exemplaires, est devenue l’hymne des féministes - et des Bleus. Détail croustillant, elle fut d’abord refusée par des chanteuses plus célèbres mais …moins intuitives.

Intuition = Avertissement

Comment définir l’intuition ? C’est une connaissance innée, qui intervient de façon inopinée, et nous éclaire sur un sujet précis. Un peu comme un avertissement venu des profondeurs de notre inconscient. Ou de notre ange-gardien. Cet avertissement peut passer inaperçu (« Je me doutais que tu serais chez toi ») ou, au contraire, être porteur de bienfaits et laisser des traces. L’intuition est susceptible de nous faire gagner du temps, lorsque nous choisissons un chemin plutôt qu’un autre. « J’ai eu l’idée de prendre la départementale ». Elle va nous permettre de réussir un examen en nous soufflant le sujet de façon infaillible, ou de dénicher l’objet dont nous rêvons en nous suggérant d’entrer dans telle boutique, sans raison apparente. Elle peut même nous sauver la vie. Clotilde était au volant, et roulait sur une petite route de campagne pour rejoindre des amis. « A un certain moment, sans savoir pourquoi, j’ai ralenti : et brusquement, sur ma droite, un véhicule a surgi d’un chemin de terre. Impossible à prévoir, je ne sais pas comment j’ai deviné ». Comment ? Son intuition l’a avertie du danger, et Clotilde a réagi immédiatement. Tout s’est passé très vite, sans intervention de la pensée logique. C’est cela, l’intuition : un flash, qui arrive sans prévenir, et défie la raison. Lors du tsunami de décembre 2004, des rescapés ont raconté qu’ils avaient flairé le danger à des signes imperceptibles. De même, les animaux et en particulier les éléphants, dont le sixième sens est très fort, ont fui les lieux de la catastrophe avant d’être engloutis. Il existe d’innombrables cas de ce genre, moins dramatiques heureusement. Chaque fois, l’intuition précède l’analyse. Cette forme d’intelligence instinctive est un facteur non négligeable de réussite, car elle joue un rôle clé dans les relations sociales.

Intuition et succès
 « Se trouver au bon endroit au bon moment », cette définition du succès ne fait pas l’éloge du hasard, mais de l’intuition. Lorsque le talent-scout américain Sarah Doukas a croisé la route de la jeune Kate Moss, 14 ans, elle se trouvait à l’aéroport de New York. Immédiatement elle a pressenti chez l’adolescente un potentiel extraordinaire. « Votre fille sera top-model » a-t-elle annoncé à ses parents. Quinze ans et quelques millions de dollars plus tard, les deux femmes continuent à collaborer, en vertu du principe qu’on ne change pas une équipe qui gagne… et possède autant d’intuition. Les carrières politiques, celles des stars de cinéma et des sportifs de haut niveau, sont gérées avec un sens aigu du timing. Pour tenir sur la durée, il faut savoir se faire désirer, partir et revenir au bon moment. Dans le domaine de la recherche scientifique,  l’avantage de la découverte revient aux savants les plus intuitifs. L’étincelle créatrice couronne un travail de longue haleine. Un beau matin de 1905, la formule de la relativité débarqua au petit déjeuner d’Albert Einstein. Dans un registre différent, le personnage de James Bond a été inspiré à Ian Fleming par sa longue carrière dans l’Intelligence Service. «La plupart des agents secrets sont dotés d’un sixième sens aiguisé par des années au contact du danger » note-t-il dans « Opération Tonnerre ». Apprécier le risque, s’esquiver avant que le vent ne tourne, voilà le B.A. BA du parfait espion.  A l’inverse, nous  connaissons tous des personnes qui ont la manie de gaffer, de parler à mauvais escient, et de compromettre leurs chances de réussite. La différence entre un sujet intuitif et un individu qui ne l’est pas, se mesure à ces détails. L’intuition englobe la faculté d’empathie, le sens de la diplomatie, la perception du timing propice. En latin, le mot intuitio signifie « vision intérieure ». L’anglais exprime cette nuance avec le mot « insight ». Avoir de l’intuition, c’est saisir l’intérieur des choses, comprendre ce qui se passe dans la tête des autres – et apprécier une situation dans son ensemble, extérieur et intérieur.

Différents types d’intuition
« On distingue trois types d’intuition », observe le Professeur Yves Lignon, de l’Université Le Mirail de Toulouse, qui a créé l’unique département de parapsychologie en France. La prémonition est la faculté de deviner un événement avant qu’il ne se produise. S’il vous est arrivé d’annoncer une promotion à votre meilleure amie, une rencontre amoureuse à votre voisine de palier, et le tiercé dans l’ordre à votre oncle de province, quelque temps avant leur occurrence réelle, vous êtes sujette à des prémonitions. Le rêve prémonitoire se produit généralement entre personnes de connaissance. « J’ai rêvé que tu allais être opérée » dit Marie à sa fille, qui vit à trois cents kilomètres et ne lui en a soufflé mot, de crainte de l’inquiéter. Autre forme d’intuition courante, la télépathie désigne la transmission de pensée d’un individu à l’autre. Tout le monde en a fait l’expérience : penser à quelqu’un, et voir cette personne se manifester au même instant, relève de la coïncidence télépathique. Des expérimentations plus élaborées, avec combinaisons de nombres ou de couleurs, ont permis de souligner la précision de cette communication inconsciente. Enfin, l’intuition peut revêtir la forme de précognition, lorsqu’une personne a la faculté de reconstituer par ses ressources mentales des événements dont elle n’a pas eu connaissance. On touche à la voyance : si vous êtes capable de remonter dans le passé d’un inconnu rien qu’en contemplant sa photo, en touchant un objet lui appartenant ou en parcourant une lettre écrite de sa main, vous avez des dispositions extra-lucides. Mais si c’est le cas, il y a fort à parier que vous le savez déjà.

Inconscient collectif
Nos intuitions puisent  à la même source : l’inconscient collectif, concept dû aux travaux éclairés du psychiatre suisse Carl Gustav Jung (1875-1961). Ce terme désigne la mémoire immatérielle de l’humanité, le tissu de contes, légendes, symboles, etc., dans lequel nous baignons et où nous puisons un certain nombre d’informations, grâce à nos antennes invisibles. Les sujets sensibles peuvent retrouver la trace d’évènements anciens, oubliés, de vérités enfouies qui les alerteront sur un danger potentiel, ou sur une occasion à saisir. Bien programmé, le cerveau fonctionne comme un ordinateur capable de gérer des données dont nous n’avons aucune conscience. Dans le cas de Clotilde, le fait d’approcher un lieu où circulait un autre véhicule a suffi pour alerter son esprit. Inconsciemment, elle a freiné pour prévenir l’accident. Peut-on parler de télépathie entre deux conducteurs ?  Peut-être – ou de mémoire d’accidents anciens, arrivés à cet endroit. Nulle preuve tangible, on en reste aux hypothèses car les mécanismes de l’intuition conservent encore leurs mystères. La romancière américaine Patricia Cornwell (« Signes suspects », éd. Des Deux Terres) commença sa carrière comme médecin légiste avant de se consacrer à la fiction. Sa parfaite connaissance du terrain lui permet d’affirmer que les serial killers sont dotés d’un flair redoutable, grâce auquel ils repèrent leurs futures victimes – personnes esseulées et vulnérables – et évitent les pièges de la police. Le comble, c’est que la victime potentielle se sait inconsciemment désignée et participe involontairement à l’action selon le syndrome de Stockholm. Pour comprendre ce phénomène, il est important de connaître la notion de « champs morphiques ».

Champs morphiques
Le psychiatre anglais Ruppert Sheldrake a mis en évidence l’existence de familles vibratoires, composées de personnes partageant certaines particularités : les sourds-muets, les insomniaques, les personnes seules et vulnérables, les veuves, les orphelins, les gays, etc., émettent le même type d’ondes appelées « champs morphiques ». Cette vibration leur permet de se reconnaître entre eux de manière immédiate, de se « flairer » en quelque sorte, avant d’entrer en contact par le geste ou la parole. Le dramaturge américain Arthur Miller, dernier époux de Marilyn Monroe, témoigne des facultés médiumniques de la star : « Dès qu’on pénétrait dans une pièce, elle repérait les orphelins et allait droit vers eux. Elle était dotée d’un sixième sens infaillible ». Marilyn avait beaucoup souffert de sa condition d’orpheline, et restait sensible à la mélancolie qui se dégage inconsciemment des personnes ayant subi le même sort. Autrement dit, elle captait leur champ morphique. A l’appui de cette explication, un groupe de chercheurs japonais a développé la théorie du « Centième Singe », basée sur des observations scientifiques.

La théorie du Centième Singe
Sur les îles du nord du Japon, vivent en effet des colonies de singes, se nourrissant de bulbes qu’ils nettoient avant de les manger. L’un des singes fit un jour tomber son bulbe dans une rivière et le récupéra malgré sa peur de l’eau. Le bulbe étant parfaitement nettoyé, il employa désormais cette méthode pour nettoyer sa nourriture. Le primate transmit ce savoir à sa famille, et de proche en proche à tous les singes de la colonie. Alors que cent singes utilisaient déjà cette technique, d’autres singes sur des îles voisines, sans les avoir vus, se mirent à faire de même. Cette capacité que partagent les individus d’un même groupe de communiquer entre eux de manière inconsciente, a donné naissance à la théorie du Centième Singe. L’information se propage à travers nous et touche les individus qui nous ressemblent : à notre insu, nous émettons des signaux. De tristesse et de vulnérabilité – ou, au contraire de rayonnement et de plénitude. Ces signaux s’adressent en priorité à nos semblables,  à nos familiers habitués à nos vibrations, mais ils peuvent être captés par des étrangers doués de pouvoirs intuitifs. Ainsi des (bons) voyants, mais aussi des chasseurs de têtes professionnelles exercés à cibler leurs recherches, de commerçants habiles à flairer le client crédule, de manipulateurs de tous poils – et de délinquants à l’affût d’une proie.

Météorologies
La psychiatre Elizabeth Laborde-Nottale observe que nombre de voyants professionnels tirent leurs facultés intuitives d’une expérience traumatique. Elle cite différents cas de maltraitances enfantines suscitant des phénomènes de voyance, plus tard au cours du développement (« La Voyance et l’Inconscient », éd. du Seuil). « Un enfant battu apprend à flairer le danger : au pas de son père dans l’escalier, à la façon dont celui-ci claque la porte de l’ascenseur ou introduit la clé dans la serrure, l’enfant saisit l’humeur de l’adulte et réagit immédiatement, en allant se cacher éventuellement». De même, lorsqu’un fauve rôde dans les parages, les antilopes le pressentent au plus léger frémissement atmosphérique : un vol d’oiseaux, une palpitation inhabituelle de l’air suffisent à les alerter. Comme pour les animaux, c’est donc le sentiment de peur et la lutte pour la survie qui aiguisent notre intuition. D’où le terme de « capacités météorologiques » car le sixième sens des mammifères – le nôtre - se fonde comme la météo,  sur l’observation des courants atmosphériques. Cette observation s’exerce la plupart du temps à notre insu, sans le concours de nos facultés conscientes. Nous n’en percevons que le résultat. Mais nous pouvons apprendre à en déjouer les pièges, et à en augmenter l’efficacité.

Erreurs d’intuition
Par définition, l’intuition est l’expression de la réalité. Elle devrait donc se révéler toujours exacte. Il existe pourtant des erreurs intuitives provenant, non de l’information elle-même, mais de notre façon de l’interpréter. Nous transformons ou arrêtons certaines informations lorsque leur contenu ne nous convient pas.
Si l’intuition contredit nos désirs ou nos convictions.
Par exemple, Anita souhaite louer un studio, et dépose un dossier de candidature auprès d’une agence. Passé un certain délai, « quelque chose » l’avertit que sa candidature n’a pas été retenue. Mais elle s’arrange pour imputer ce pressentiment négatif à la lassitude,  au mauvais temps, bref à d’autres motifs. Dans ce cas, l’information est bien arrivée, mais c’est elle qui a refusé d’y faire face.
Si l’intuition se heurte à nos angoisses, nos colères ou nos frustrations.
Il peut nous arriver de prendre quelqu’un en grippe, de ne plus pouvoir « le sentir ». Dans ce cas, il nous deviendra très difficile d’éprouver à son égard une intuition positive. Nous la refoulerons. La frustration, le ressentiment ou la colère rendent l’intuition inopérante.

Développer son intuition
Pour lutter contre ces phénomènes parasites, il faudrait être toujours parfaitement au clair avec soi-même. Le médecin et philosophe indien Deepak Chopra recommande la méditation quotidienne pour purifier ses pensées,  la pratique d’une discipline mentale pour chasser les sentiments négatifs, et une certaine ouverture spirituelle pour appeler l’intuition. Impératif, le lâcher-prise. Impossible de réussir une connexion avec notre être intérieur si nous vivons constamment dans la tension, l’envie, le refus. Pour nous réapproprier notre sixième sens, apprenons à nous reconnecter avec « l’enfant candide qui vit à l’intérieur de nous ».  En résumé :
1. Se défaire des pensées négatives, de la jalousie, du ressentiment.
2. Etre attentif à ses états d’âme, les accepter sans les combattre.
3. Noter ses flashes, ses prémonitions, ses rêves et les confronter à l’épreuve du réel. Apprendre ainsi à faire la part des craintes, fixations, et frustrations récurrentes qui parasitent  nos états intérieurs. Lutter contre elles en faisant confiance à la vie. Se souvenir que sur le chemin terrestre l’intuition nous guide plus sûrement que nos analyses sophistiquées. Preuve que la nature est bonne… à condition de ne pas la polluer.
____________________________________________
A lire : « Le Livre des Secrets » par Deepak Chopra.

 

Derniers Articles


Le tarot érotique est de retour!
Le tarot érotique est de retour sur Cafe Astral!...


Intuition : affûtez vos antennes !
Rien de plus démocratique que l’intuition. Tout le monde en est pourvu – hommes et femmes, adultes et enfants, sans...


L’AFTER-EX : COMMENT CHANGER DE PARTENAIRE EN SOUPLESSE
Au changement de saison, certains amoureux, comme des feuilles d’arbres, perdent leurs belles couleurs. Ils se détachent, et tombent en...


Dans ses gestes
Peut-on croire les promesses d’un homme au regard fuyant ? Et que dire à ce joli cœur, qui...


DECOUVREZ LE CAFE ASTRAL CET ETE !
L’été, c’est le moment des découvertes. Profitez de ces instants de liberté pour partir à la découverte de vous-même ...


Horoscopes du jour